Dans le cadre de la couverture des accidents du travail, certains employeurs peuvent disposer d’un taux réduit pour leur personnel administratif : le taux bureau. Ce taux sera supprimé à compter du 1er janvier 2020 et remplacé par le taux « fonctions supports »

Lorsque certains salariés, du fait de leurs fonctions ou des conditions d’exécution de leur travail, ne sont pas exposés à ce que l’on désigne comme le risque lié à l’activité principale de l’entreprise au titre des accidents du travail ou des maladies professionnelles, il existait, depuis 1995, la possibilité pour certaines entreprises de demander l’attribution d’un taux dit « réduit », différent du taux principal de l’entreprise. Ces entreprises appliquaient donc deux taux AT/MP en fonction des postes réellement occupés par les salariés au sein de l’entreprise.

Par exemple, dans une entreprise relevant de la branche du bâtiment et des travaux publics, les employeurs pouvaient demander un taux réduit pour l’ensemble des personnels administratifs (secrétaires, commerciaux…) du fait qu’ils n’étaient pas exposés aux mêmes risques que les personnels dit de « chantier ».

Sont généralement considérées comme fonctions supports de nature administrative, notamment :

  • Les fonctions de secrétariat, accueil, comptabilité
  • Les services juridiques, financiers, RH, informatiques
  • Les fonctions commerciales sédentaires et achats

Le bénéfice du taux « bureau » impliquait également une réelle séparation des espace de travail et supposait que les personnels concernées ne soient pas susceptibles d’être exposés (aménagement des accès à l’entreprise, dispositions des locaux, séparations de l’espace atelier de l’espace administratif…).

En 2017, une réforme importante du taux dit « bureau » a été menée

Ainsi, seules les entreprises bénéficiant d’une tarification dite collective (entreprises de moins de 20 salariés) ou mixte pour les cotisations d’accident du travail (entreprise de 20 à 50 salariés), pouvaient demander l’application d’une tarification spécifique pour les fonctions support.

Avec la réforme du 2 mars 2017 (arrêté du 15 février 2017), le taux bureau devient le taux fonctions supports de nature administrative.

Toutefois, afin de tenir compte de l’impact de cette réforme, une période transitoire a été mise en place pour toutes les demandes qui ont été accueillies avant le 2 mars 2017. Il a été ainsi admis que ces entreprises pouvaient poursuivre à bénéficier du taux « bureau » accordé jusqu’au 31 décembre 2019.

Dans ces conditions, il faut retenir que le taux bureau sera définitivement remplacé par le taux « fonctions supports de nature administrative » à compter du 1er janvier 2020.

Il ne s’agit pas d’un simple changement terminologique et il convient de retenir que des démarches sont à engager dès aujourd’hui.

Ainsi, pour bénéficier d’un taux « fonctions supports de nature administrative », il est nécessaire d’en faire la demande en adressant à sa caisse régionale (Carsat, Cramif, CGSS) un questionnaire complété.

Ce questionnaire consiste à identifier les salariés éligibles, en précisant pour chacun d’eux l’intitulé du poste, et à fournir un plan détaillé de l’implantation de l’établissement concerné par la demande.

Il conviendra également de préciser la date d’effet souhaitée pour l’application du taux « fonctions supports de nature administrative ».

Il pourra être demandé :

  • que le taux soit applicable à compter du 1er jour du mois qui suit la réception de la demande par la caisse,
  • que le taux soit applicable à compter du 1er janvier 2020.

Dans ce dernier cas, la demande doit impérativement être adressée avant le 30 novembre 2019.

Si l’entreprise n’est pas éligible à ce nouveau dispositif (entreprises en tarification individuelle c’est-à-dire entreprises de 150 salariés et plus, sauf BTP en Alsace-Moselle pour lequel le seuil est fixé à 300 salariés), ou en l’absence de demande de taux fonctions supports avant le 30 novembre 2019, le taux « bureau » sera définitivement supprimé au 31 décembre 2019.

Dans ces conditions, un seul taux (celui de l’activité principale) deviendra applicable à l’ensemble des salariés à compter du 1er janvier 2020.

Selon les informations diffusées par l’organisme public en charge de la mise en œuvre et du déploiement de la Déclaration Sociale Nominative (DSN), pour les entreprises en tarification individuelle ou pour les entreprises n’ayant pas réalisé la demande de notification d’un taux avant le 30 novembre 2019, le taux AT/MP applicable à compter du 1er janvier 2020 sera calculé en fusionnant le taux de l’activité principale (coûts moyens et salaires) avec celui du taux bureau.

Selon ce même groupement, la disparition de ce taux « bureau », à sinistralité constante, aurait pour effet de conduire à l’abaissement du taux de l’activité principale qui s’appliquera à l’ensemble des salariés.

L’impact financier négatif, peut être majeur selon la composition de l’entreprise ; il doit être mesuré au cas par cas. A calculer dans les plus brefs délais.

Et pour les entreprises qui n’en bénéficiaient pas encore, faites la demande au plus vite !

Cotisations accident du travail (Taux AT/MP) – Fin des taux dit « bureau » au 31 décembre 2019
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.